Comment éviter une amende de 80 000€ à cause de vos déchets plomberie ?

Trois catégories distinguent les différentes sortes de déchets issus des activités de plomberie, chauffage et climatisation : les déchets inertes, les déchets banals et les déchets dangereux.

Quels sont ces déchets ? Quelles solutions d’élimination ou de recyclage sont-elles envisageables ?

 

1/ Quels déchets ?

Toutes sortes de déchets peuvent découler de l’activité de plomberie :

  • Les déchets dits « inertes » qui, sans être particulièrement polluants, peuvent perturber le milieu ; il peut s’agir par exemple de palettes de bois non traitées, gravats, morceaux de carrelage, briques, …
  • Les déchets dits « banals » (DIB), qui sont considérés comme non dangereux mais qui doivent être éliminés de manière adéquate, sous peine de dégrader quand même l’environnement : emballages plastique et carton, métaux (tôle, chutes de tuyauterie…), plâtre, placo,…
  • Les déchets dangereux (DIS), qui présentent des risques importants pour l’environnement et la santé et doivent impérativement être traités comme tels : il s’agit des bombes aérosols, cartouches de colle, de joint acrylique ou silicone, amiante, bois traités, peints ou vernis, solvants, etc.

 

2/ Quelles solutions ?

Si votre volume de déchets hebdomadaire ne dépasse pas 1100 litres, vous pouvez les faire évacuer par la collecte des ordures ménagères de votre commune, hormis pour les déchets dangereux. Sinon, vous êtes tenus de trier et valoriser vos rebuts en les évacuant dans les endroits adaptés à leur traitement.

Différentes solutions peuvent être envisagées avant de tout envoyer à la déchetterie !

Par exemple, vos fournisseurs peuvent récupérer certains déchets et emballages, il peut donc être judicieux, si ce n’est pas déjà fait, de vous renseigner auprès d’eux à ce sujet.

D’autre part, des prestataires de service vous indemnisent pour la récupération de certains matériaux, notamment les métaux et alliages…

Sinon, globalement, les déchetteries communales ou professionnelles se chargeront de valoriser vos rebuts non dangereux : par exemple vos gravats serviront à des travaux de terrassement, de remblayage, le bois non traité sera probablement réutilisé comme combustible, etc.

En ce qui concerne les déchets dangereux, ils représentent un coût plus important en matière d’élimination et ils doivent être traités par un prestataire autorisé. Sachez que si vous polluez volontairement l’environnement en y déversant des produits dangereux, vous risquez jusqu’à 80000 euros d’amende…

Si vous êtes un professionnel de la plomberie ou du chauffage (c’est également valable pour tous les autres professionnels du bâtiment), vous pouvez vous renseigner sur les détails et différentes manières de traiter vos déchets, à la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) de votre département ou auprès d’organismes tel que l’ADEME.

 

468 ad