Locataire – propriétaire : qui doit payer si c’est bouché ?

Locataire – propriétaire : qui doit payer si c’est bouché ?

Vos WC ou éviers sont bouchés, vous avez tout tenté pour remédier au problème mais rien n’y fait ! Il ne reste qu’une solution : faire intervenir un professionnel de la plomberie.

Qui doit alors payer la facture entre locataire et propriétaire ?

 

1/ Obstruction des canalisations : quelles solutions ?

Vous avez tout essayé : le démontage de ce qui pouvait l’être à votre niveau, la traditionnelle ventouse, l’eau bouillante avec du bicarbonate de soude et du vinaigre, l’eau bouillante avec du produit vaisselle, le furet de 7 mètres, puis tout ça en même temps…

Comme vous êtes vraiment désespéré, vous tentez le Destop ou autre déboucheur chimique comme ultime solution : ça ne fonctionne pas non plus.

Le problème peut venir de différentes causes : un objet tombé dans les wc, des cheveux accumulés au fil du temps dans la douche, l’accumulation de déchets alimentaires ou autres dans l’évier, un défaut d’installation des tuyauteries quelque part ou un rat mort bien loin de chez vous… (voire pire !)

Quelles que soient les causes d’obstruction de vos canalisations, si vous souhaitez continuer à vivre décemment dans votre logement, vous devez les régler.

2/ Canalisations bouchées : qui doit payer ?

Le locataire est tenu d’effectuer l’entretien courant de son logement. Le débouchage des canalisations est habituellement considéré comme de l’entretien locatif donc à votre charge.

Cependant, vos tuyaux bouchés l’ont peut-être été par les anciens locataires (si vous venez juste d’emménager…). Dans ce cas, il vous sera difficile de le prouver et vous devrez probablement assumer les frais de débouchage. A moins que le propriétaire de votre logement soit honnête, admette qu’il aurait dû le constater lors de l’état des lieux de sortie de l’ancien locataire et le prenne à sa charge.

S’il s’agit d’un défaut dans l’installation des tuyauteries elles-mêmes, la logique voudrait que les frais d’intervention du plombier soit à la charge du propriétaire.  Là encore faut-il le prouver. S’il faut casser une partie des murs pour arriver aux canalisations, le propriétaire peut se retourner contre vous, considérant que l’obstruction de la canalisation est de votre faute.

Il se peut également, si vous vivez dans un immeuble, que le problème se situe ailleurs que chez vous. Il peut être difficile de localiser le « bouchon » : si le plombier que vous avez fait venir ne trouve pas le problème chez vous, c’est qu’il est situé plus loin ! Dans ce cas, il faut vous adresser au syndic de copropriété de votre immeuble, qui devrait s’occuper du problème.

De toute façon, si vous êtes locataire, que vous avez déjà fait venir un plombier qui n’a rien trouvé chez vous et envisage de casser les murs pour en savoir plus, mieux vaut en parler au préalable avec le propriétaire de votre logement ! Vous trouverez sans doute ensemble une solution acceptable.

Un problème est finalement détecté chez vous et vous en êtes responsable (par exemple, votre enfant à jeté un objet ou son hamster dans les WC, tiré la chasse…) : vous pouvez faire jouer votre assurance habitation, qui couvre généralement la responsabilité civile et devrait prendre en charge les frais liés à l’incident.

En conclusion, il est difficile de savoir à qui incomberont les frais tant qu’un diagnostic avec une localisation précise du problème n’aura pas été effectué. Pour cela, vous pourrez difficilement vous passez des services d’un « déboucheur » professionnel !

 

L’actualité du WC : une revue de presse inattendue

L’actualité du WC : une revue de presse inattendue

Plutôt que de vous parler de nos services de débouchage (que nous vous invitons quand même à tester :), nous avons choisi cette semaine de traiter les WC sous l’angle de l’information… et il y a des choses à dire!
La presse ne s’en prive pas, à croire que c’est un sujet qui captive une certaine audience.

 

1/ Les habitants des villes apprécient les toilettes publiques… surtout les commerçants d’ailleurs, cela évite les « je peux utiliser vos WC ? » sans arrêt. Ainsi, tout le monde voit d’un bon œil que le WC public d’Orléans soit enfin réparé ; à lire sur http://www.larep.fr/

 

2/ Les toilettes ne sont plus des « cabanes au fond du jardin » !

Un article de CapCampus nous rappelle que les WC du futur seront un concentré de technologie, pour l’instant au Japon mais bientôt partout dans le monde.

« Chauffage du siège, pulvérisation d’eau chaude pour le rinçage ou encore de l’air chaud pour le séchage » – ça vous semble déjà vu ?

Eh bien une application pour smartphone, « My Satis », permet de communiquer avec le WC et d’assurer le suivi de votre état de santé d’après ce que vous y faites.

On parle beaucoup en France du cancer colorectal et de son dépistage. Et s’il était possible, à terme, de faire toutes les analyses de selles et d’urine depuis chez soi et de les transmettre directement à son médecin/laboratoire d’analyses ?

 

3/ Tendance shopping WC du jour : le distributeur de papier toilette façon Polaroid :

Distributeur papier toilette façon Polaroid

Distributeur papier toilette façon Polaroid

 

4/ Dans un article réservé à ses abonnés (peut-être en faites-vous partie ?), Libération nous apprend qu’un élève sur trois refuse d’aller aux toilettes dans son établissement scolaire (et c’était peut-être aussi votre cas !).

La solution ? La lunette de WC jetables WC Pocket. En vente partout, avec un design sympa.

WC pocket

WC pocket

 

5/ Pour terminer, pas forcément sur une note de gaité, on ne rigole pas en prison avec le produit WC !

La Voix du Nord nous apprend qu’un détenu a écopé d’un mois de prison supplémentaire (recel) pour avoir été trouvé en possession de produit WC, de levure, d’après-rasage et de tabac…

C’est toute la question de l’intérêt de la prison qui se pose dans ce cas. Si l’on part du constat qu’un détenu coute autour de 2000€/mois au contribuable, peut-être qu’une peine alternative était préférable :/.

Certes, les détenus doivent respecter l’autorité et le règlement ; mais les trafiquants de produits WC présentent-ils une menace sérieuse pour la société ? Chacun aura son opinion ;).

En quoi consiste le curage des canalisations ?

En quoi consiste le curage des canalisations ?

Curage canalisations

Curage canalisations

Curage de canalisations : à quoi ça sert ?

En premier lieu, il sert à s’assurer d’un fonctionnement optimal du réseau des canalisations.

Il peut aussi être question de l’assainissement des eaux domestiques, également appelées eaux grises, dont celles de la salle de bains, de la cuisine, du lave-linge, du lave-vaisselle et de tous les lavabos et lave-mains de la maison ou du bâtiment. Le curage des réseaux d’assainissement des eaux vannes, ou si l’on préfère des WC, et enfin des réseaux des eaux pluviales, les eaux de pluie.

Toutes ces conduites faisant partie du réseau doivent être régulièrement entretenues, ce qui garantit un bon fonctionnement à chaque heure du jour et tous les jours de l’année. On connaît tous l’adage « Il vaut mieux prévenir que guérir » et dans le cas des canalisations, il est pleinement justifié. Ne pas faire un curage régulier peut entraîner des dysfonctionnements qui généreront des désagréments et des coûts faciles à éviter. Par exemple, les canalisations bouchées sont beaucoup plus difficiles à curer que des canalisations bien entretenues.

En outre, s’il s’agit des canalisations de la fosse septique qui sont encombrées, des odeurs nauséabondes se dégageront avec l’impossibilité de faire évacuer les effluents. Les odeurs seront également au rendez-vous pour des canalisations bouchées reliant l’évier ou les lavabos au bac dégraisseur. Un lave-linge ou un lave-vaisselle branché sur une tuyauterie bouchée ou évacuant mal risque fort d’être endommagé avec les coûts afférents.

Quant aux canalisations des gouttières ou du réseau des eaux fluviales, qui n’engendrent pas ou peu de mauvaises odeurs même en cas de bouchon, il y a fort à parier que les dégâts des eaux occasionnés seront chers à payer.

Pour toutes ces raisons un curage régulier des canalisations est fortement conseillé car il est indispensable au bon fonctionnement du réseau.

Comment se déroule un curage de canalisations ?

Lorsque l’on mentionne le curage de canalisations, on parle de curer l’ensemble des canalisations d’un réseau. Celui-ci peut être vertical ou horizontal et dans ce cas, il s’agira du curage des colonnes, de tous les branchements, de tout le réseau de canalisations.

Le curage en lui-même consiste à nettoyer les canalisations à l’aide d’un système approprié. Il s’agira très souvent ou bien d’un jet d’eau sous haute pression, ou bien il sera effectué à l’aide d’une fusée hydrodynamique, le but étant de décoller des parois les déchets qui s’y agglomèrent et qui, au fil du temps, risqueraient de former un bouchon et d’empêcher le passage de l’écoulement.

Beaucoup de professionnels se servent de camions hydrocureurs, spécialement conçus pour ce genre de travaux. Dans certains cas, il faudra également recourir à une caméra d’inspection. Ces deux éléments sont les outils principaux qui permettront de réaliser un curage de canalisations.

Crédit photo : Ersun.

Utiliser une caméra d’inspection pour ses canalisations

Utiliser une caméra d’inspection pour ses canalisations

Rions un peu avec une caméra d'inspection

Rions un peu avec une caméra d’inspection

Un problème de canalisation bouchée? Cela arrive malheureusement! Avant de passer à l’action même de débouchage, mieux vaut localiser l’obstruction et savoir de quelle sorte de bouchon il s’agit, ce qui permet de gagner du temps et d’adapter la technique de débouchage.

Pour cela, une caméra d’inspection, aussi appelée un endoscope, peut être grandement utile.

La caméra d’inspection : un outil bien pratique

Il existe des têtes de caméra de diamètres différents selon les canalisations à inspecter.

S’il s’agit de canalisations normales d’habitat, en règle générale, ceux-ci iront de 12 mm à 50 mm. Mais il existe aussi des gros modèles, conçus pour les canalisations d’égouts et plutôt réservés aux égoutiers et aux services de voiries des municipalités qui emploient des professionnels de l’inspection. Ces caméras sont montées sur des engins ressemblant plus à des tracteurs qu’à des engins de scènes de tournage de film.

Le particulier qui désire régulièrement utiliser une caméra d’inspection pour ses canalisations se servira le plus souvent des petits modèles. Plusieurs systèmes sont également munis de possibilités d’enregistrements, tout aussi bien audio que vidéo. Ce qui peut être très pratique d’autant plus que ces données sont enregistrables sur une clé USB ou tout simplement sur le disque dur de l’ordinateur.

Accessible à la vente et à la location

Les caméras d’inspection sont aussi munies de câbles flexibles, ce qui permet de franchir des coudes très souvent jusqu’à 90°. Ce qui n’est pas négligeable lorsque l’on considère la configuration de la plupart des canalisations où de nombreux coudes se rencontrent presque toujours… d’où l’insuffisance parfois du furet de plomberie pour déboucher.

Si l’on désire utiliser une caméra d’inspection pour ses canalisations et investir dans un bon matériel, il faut bien étudier le marché et ne pas hésiter à demander des devis. Prenez le temps de comparer les caractéristiques de chacune et les rapports qualité/prix. Par ailleurs, plusieurs entreprises proposent la location de matériel, ce qui peut être plus avantageux si l’on veut ne s’en servir qu’une fois par an pour une inspection générale et que l’on n’attend aucun problème probable sur le réseau.

Toute caméra d’inspection devrait comprendre à l’achat  le matériel nécessaire pour procéder immédiatement à l’inspection de n’importe quelle canalisation du réseau que ce soit pour une inspection de routine ou en cas de problème.

Crédit photo : Charles & Hudson.

Tout savoir sur le camion à pompe

Tout savoir sur le camion à pompe

Truck hydrocureur disgorging

Truck hydrocureur disgorging

Camion hydrocureur dégorgement

Malgré toute l’attention que l’on peut porter à ses canalisations, on n’est pas à l’abri qu’un incident se produise (par exemple, un enfant fait tomber un jouet dans les toilettes et l’envoie loin dans les tuyaux en tirant la chasse…). Face à un bouchon impossible à déloger nous-mêmes, nous n’avons pas d’autre choix que de faire appel à un professionnel qui pourra intervenir avec un camion pompe hydrocureur.

Après avoir sécurisé le chantier et identifié la nature du problème, votre dépanneur montera la tête de curage adaptée à la taille des canalisations sur le tuyau haute pression du camion hydrocureur. Puis il introduira le flexible haute pression muni de la tête de curage et d’un manche d’aspiration dans le tuyau à déboucher. Il choisira d’envoyer progressivement plus ou moins de pression en fonction de la nature de l’engorgement. Le flexible haute pression sera déroulé sur toute la longueur de la canalisation à traiter mais aussi dans les canalisations voisines, si le professionnel est consciencieux. A ce stade, votre problème devrait être résolu!

Un matériel sophistiqué

La plupart des camions pompe hydrocureur sont munis d’un système de pompe caméra d’inspection, ce qui permet de garantir de manière encore plus certaine que tous les déchets résiduels ont été éliminés et que vos canalisations sont maintenant parfaitement dégagées.

Ne restera plus à votre intervenant qu’à nettoyer efficacement le système de son hydrocureur : la pompe du camion doit être systématiquement nettoyée, que ce soit après la résolution d’un problème de colmatage ou après une vidange de fosse septique. Ce genre de matériel coûte très cher et nécessite lui-même un entretien régulier.

En ce qui concerne les prix, les tarifs pour l’intervention d’un camion de pompage sont toujours plus chers lorsque l’entreprise doit agir d’urgence que quand il est prévu à l’avance pour une procédure de maintenance régulière. En général un forfait est appliqué par le professionnel mais il vaut mieux déterminer avec lui avant l’intervention ce qui pourrait vous être facturé en supplément, en cas de surprise dans vos conduits durant le chantier (mètres linéaires facturés en plus, etc.).

D’autre part, il vaudra mieux vous adresser à une entreprise de votre secteur géographique car les frais liés au déplacement du camion vous seront bien entendu également facturés!

Un conseil : n’attendez pas d’avoir un soucis, faites pratiquer un entretien régulier de votre réseau de canalisations pour éviter d’avoir à subir de trop gros frais un jour ou l’autre.

SOS plombier : certains abusent-ils de l’urgence ?

SOS plombier : certains abusent-ils de l’urgence ?

Soudure plomberie réparation urgence

Soudure plomberie réparation urgence

Comme dans toutes les professions, chez les plombiers il y a des gens honnêtes et d’autres moins!

Plombier : un métier difficile

Le métier de plombier est plutôt dur et demande non seulement de bonnes compétences (au minimum le CAP est requis mais beaucoup aujourd’hui ont obtenu le Bac Pro et des mentions complémentaires). Il faut aussi une bonne condition physique car cette activité professionnelle impose de travailler dans des positions inconfortables et de transporter régulièrement des charges lourdes. Le plombier doit aussi souvent agir dans l’urgence, week end et jours fériés compris…

L’acceptation du devis : une étape importante

Ceci dit, dès que les travaux à effectuer dépassent les 150 €, le plombier devra établir un devis que l’on devra signer (ou non) pour accord. Un devis bien réalisé doit indiquer le tarif du déplacement, le prix de chaque pièce nécessaire à vos réparations, le taux horaire de la main-d’œuvre ainsi que le nombre d’heures estimé pour votre chantier. Enfin, il doit précisément indiquer la somme totale que vous devrez payer (HT et TTC), le montant de la TVA (sauf pour les auto-entrepreneurs), ainsi que la durée de validité de l’offre.

Pour être certain de payer un juste prix, il faut s’en remettre aux barèmes établis par la profession, logiquement équitables pour le prestataire et pour le client. Dans tous les cas, il vaut toujours mieux s’informer sur le tarif pratiqué avant le début des travaux. En allant sur les forums, il est facile de se rendre compte que certains plombiers abusent sur le montant de leur dû, en particulier s’il s’agit d’une urgence. Mais même si vous avez les pieds dans l’eau à la maison et que l’intervention urge, prenez le temps de vous faire préciser ce que l’intervention va vous coûter. Une fois les travaux effectués, il est toujours beaucoup plus difficile de discuter le prix!

A savoir aussi

On peut partir du principe que la plupart des plombiers sont honnêtes et ne comptent que les heures travaillées. Mais, il faut tout de même savoir que pour se faire un salaire mensuel d’à peu près 1500 €, il devra compter environ 35 € de l’heure. Cela sans prendre en compte les trajets qu’il fait pour aller s’approvisionner en matériel chez ses fournisseurs, les frais d’usure du matériel, qu’il doit aussi remplacer de temps à autre, sa voiture et s’il a des ouvriers, toutes les charges qui lui incombent. Un simple calcul montre que pour arriver à gagner ses 1500 € par mois, il doit faire un chiffre d’affaire aux alentours de 5000 € (s’il travaille seul).

Sachez aussi que plombier professionnel est soumis à l’obligation de résultat (article 1147 du Code civil), ce qui veut dire que si son intervention n’a pas été efficace, il devra revenir à ses frais jusqu’à réparation indiscutable du problème. C’est pourquoi il est vivement recommandé de ne régler la facture que lorsque les travaux sont complètement achevés et votre problème réglé.

Crédit photo : Martine.